l’hospitalité néolibérale : une lecture de l’été des migrations

Entretien avec Sonja Buckel, paru dans Vacarme

Été 2015. L’Europe est traversée par des migrant·e·s, des diplomates européens et des politiques grecs. Deux crises a-t-on dit. Mais rares sont celles et ceux à avoir peint le tableau d’ensemble. Dans cet entretien réalisé pour le site Near futures online par William Callison le 5 janvier 2016, Sonja Buckel établit une généalogie lumineuse de deux projets hégémoniques européens : l’accueil des migrants et les politiques d’austérité néolibérale.

Pendant l’été 2015, l’Europe et ses alentours ont fait la une des journaux internationaux. La « crise » restait le mot-clé, mais ses théâtres étaient divers : des rues d’Athènes aux coulisses bruxelloises, des rivages de la « périphérie » aux gares du centre et de l’est du continent. Tandis que ces évènements étaient déployés dans la presse sur des airs de drame, deux problématiques émergeaient : d’une part, l’épreuve de force entre le gouvernement grec et ses créditeurs européens, d’autre part, l’arrivée des réfugiés fuyant en Europe des pays brisés par les conflits intérieurs ou internationaux en Syrie, en Érythrée, en Afghanistan ou en Irak.

Continuer la lecture de l’hospitalité néolibérale : une lecture de l’été des migrations

Loin des frontières européennes, les premiers contrôles migratoires

Par Sara Casella Colombo & Louise Tassin, Migreurop

En juin 2013, le journal gratuit Metro publie un article intitulé : « Elle passe la douane avec un passeport de licorne » [1] L’article rapporte l’expérience d’une fillette anglaise et de ses parents lors de leur arrivée à l’aéroport d’Istanbul. La mère de l’enfant y raconte qu’elle a présenté le passeport de la licorne en peluche de sa fille aux agents de la police turque pour entrer sur le territoire, sans que cette erreur n’ait été détectée. Une chose est frappante : depuis quand les peluches ont-elles des passeports ? Est-ce que l’identité assignée par l’État via les papiers d’identité est si fortement imprégnée dans nos quotidiens qu’on en attribue aussi aux licornes ? Mais, ce que cette anecdote révèle plus généralement, c’est l’arbitraire du passage de la frontière. Alors que la technologie biométrique s’introduit dans les passeports et dans les visas, comment expliquer une telle négligence ?

Pour lire la suite de l’article:

http://www.migreurop.org/article2577.html?lang=fr