Présentation de l’intervention de Norbert Trenkle et Ernst Lohoff

Idéologies régressives et identités collectives en temps de crises.

Le processus accéléré de crise du capitalisme globalisé provoque un sentiment d’incertitude profond qui traverse toute la société. Alors que toujours plus de gens sont rendus « superflus » et se retrouvent réduits à vivre dans la précarité, les contradictions sociales s’aggravent et la politique agit de façon de plus en plus impuissante face aux grand nombre simultané de manifestations de la crise.

Mais la subjectivité moderne n’est pas épargnée par ce développement. Face à la désorientation généralisée on assiste à un véritable boom des théories du complot, les offres abondantes de constructions identitaires trouvent de nombreux adeptes et le discours public est marqué par la construction de représentations d’ennemi. Toujours plus de gens cherchent refuge dans des communautés imaginaires qui sont définies la plupart du temps à travers des identités nationales ou « religionistes ». Face au sentiment d’impuissance crée par l’opacité des processus sociaux, ces identifications offrent une sensation de puissance et de sécurité. Cela va toujours de pair avec une définition ami-ennemi très polarisée. Dans ce sens l’islamisme et le nationalisme représentent les deux côtés de la même médaille. Ce qui apparait comme un « choc des civilisations » est en vérité l’expression d’une polarisation idéologique et subjective au sein du processus de crise capitaliste au caractère de plus en plus violent. L’émancipation sociale a pour condition sine qua non une crique radicale de ce développement dangereux et régressif.

Publicités

Pourquoi l’islamisme ne peut pas être expliqué à partir de la religion

 

Norbert Trenkle

 

Comme toujours après un acte de terreur islamiste, le débat public a également tourné, après le massacre dans la rédaction de Charlie Hebdo et dans le supermarché juif à Paris, autour de la question de savoir ce que « l’islam » a en effet à voir avec cela. Toutefois, au niveau politique officiel et dans les mass media, cette question fut, cette fois, posée avec beaucoup moins d’agressivité que lors d’événements antérieurs. Le son de cloche dominant fut que la société ne devait pas se laisser diviser, et qu’aucun point de vue religieux ne saurait justifier la violence terroriste. Mais cela ressemblait plus à une manière de se rassurer. Car il est malheureusement assez clair que les actes monstrueux de Paris apportent de l’eau au moulin du fondamentalisme raciste et nationaliste qui se répand à travers toute l’Europe et qui affirme toujours plus bruyamment que l’islam serait, selon son essence, incompatible avec les valeurs de la « civilisation occidentale », et que donc les musulmans n’auraient plus rien à faire ici.

Continuer la lecture de Pourquoi l’islamisme ne peut pas être expliqué à partir de la religion

Gottverdammt modern

Warum der Islamismus nicht aus der Religion erklärt werden kann

Norbert Trenkle

Wie immer nach einem islamistischen Terrorakt, kreiste auch nach dem Massaker in der Redaktion von Charlie Hebdo und in dem jüdischen Supermarkt in Paris die öffentliche Debatte sogleich um die Frage, was denn nun „der Islam“ damit zu tun habe. Immerhin wurde diese Frage auf offizieller politischer Ebene und in den Massenmedien diesmal deutlich weniger aggressiv gestellt als bei vorangegangenen Anlässen. Es überwog der Tenor, die Gesellschaft dürfe sich nicht spalten lassen, und terroristische Gewalt sei von keinem religiösen Standpunkt aus zu rechtfertigen. Doch das klang ein wenig wie das berühmte Pfeifen im Walde. Denn es ist leider ziemlich klar, dass die Wahnsinnstaten von Paris Wasser auf die Mühlen des rassistischen und nationalistischen Fundamentalismus in ganz Europa sind, der immer lautstarker verkündet, der Islam sei seinem Wesen nach mit den Werten der „abendländischen Zivilisation“ nicht vereinbar und Muslime hätten daher hier nichts zu suchen.

Continuer la lecture de Gottverdammt modern

Kurzvorstellung des Beitrages von Ernst Lohoff und Norbert Trenkle

Regressive Ideologien und kollektive Identitäten in Zeiten der Krise.

Der beschleunigte Krisenprozess des globalisierten Kapitalismus erzeugt eine tiefe Verunsicherung quer durch die gesamte Gesellschaft. Während immer mehr Menschen „überflüssig“ gemacht und in prekäre Lebensverhältnisse gestürzt werden, spitzen sich die gesellschaftlichen Widersprüche zu und die Politik agiert immer hilfloser angesichts der Vielzahl gleichzeitiger Krisenerscheinungen.

Continuer la lecture de Kurzvorstellung des Beitrages von Ernst Lohoff und Norbert Trenkle