Loin des frontières européennes, les premiers contrôles migratoires

Par Sara Casella Colombo & Louise Tassin, Migreurop

En juin 2013, le journal gratuit Metro publie un article intitulé : « Elle passe la douane avec un passeport de licorne » [1] L’article rapporte l’expérience d’une fillette anglaise et de ses parents lors de leur arrivée à l’aéroport d’Istanbul. La mère de l’enfant y raconte qu’elle a présenté le passeport de la licorne en peluche de sa fille aux agents de la police turque pour entrer sur le territoire, sans que cette erreur n’ait été détectée. Une chose est frappante : depuis quand les peluches ont-elles des passeports ? Est-ce que l’identité assignée par l’État via les papiers d’identité est si fortement imprégnée dans nos quotidiens qu’on en attribue aussi aux licornes ? Mais, ce que cette anecdote révèle plus généralement, c’est l’arbitraire du passage de la frontière. Alors que la technologie biométrique s’introduit dans les passeports et dans les visas, comment expliquer une telle négligence ?

Pour lire la suite de l’article:

http://www.migreurop.org/article2577.html?lang=fr

Publicités